Modestie, Le Vent tourne pour les Licornes.

« Cette évolution sur dix ans invite donc à la modestie… »

C’est par cette phrase qu’Yves Puget, directeur de la rédaction du magazine LSA termine l’éditorial de son Top 100 des enseignes en France du 3 octobre.
Prédire la progression du e-commerce n’était pas trop risqué de même que prévoir la chute de La Redoute (1,4 Md€ en 2009 contre la moitié 10 ans après) ou la croissance d’Amazon (absent du Top 100 en 2009 et à la 9ème place en 2019 avec 6,6 Mds€). Mais quid de la disparition d’ED ou la chute de Toys « R »Us ?
Si en 2019 Leclerc est toujours en tête de la distribution en France, les « performeurs » sont toujours dans l’e-commerce (Veepee +12% tandis que Brandalley est en redressement judiciaire), la Bio (+9,8% pour Biocoop), mais également les déstockeurs et les discounters (Action, Primark, Stokomani…) y compris dans la parapharmacie (+24,3% pour Lafayette).

La distribution, ce miroir de notre société, nous met face à notre schizophrénie collective 

Notre grand écart entre une volonté d’avoir un monde préservé et durable et la jouissance de consommer.
Le discount continue à attirer, comme je le souligne dans le dossier de Point de Vente « Hard-discount, qu’est-il devenu ? » et Amazon va asphyxier encore plus toute la distribution avec des promesses de livraison sous 15 minutes (mon article dans le JDN). Vinted, le roi de la seconde main avec un CA de 1,3 Md€ serait-il la voie de l’avenir ?

 

Les 10 prochaines années nous invitent à encore plus de modestie… et pas uniquement dans la distribution.

Voyez le décalage inquiétant entre les annonces de notre gouvernement pour faire émerger 25 licornes à l’horizon 2025 – sans que la notion de rentabilité soit prise en compte pour sélectionner les entreprises du NEXT40 – et la défiance envers ces animaux improbables qui se fait jour aux USA avec la chute de la maison WeWork (interview – en anglais – du toujours savoureux Scott Galloway, article plus « neutre » du FT), et la liste des licornes surévaluées:
  • Pinterest
  • Uber
  • Twitter
  • Slack
  • Compass
  • Peloton
  • Doordash
  • Lime
et celles qui, en toute modestie, ont toutes les chances de perdre plus de 80% de leur valorisation ou disparaître:
  • Tesla
  • WeWork
  • Lyft
  • Robinhood
  • OYO

 

Le vent tourne pour les Licornes et leurs blanches robes vont vite se trouver tachées par divers scandales.

Le premier d’une future longue série étant les conditions du départ d’Adam Neuman, le fondateur christique de WeWork, « remercié » avec 700 M$ en poche tandis que ses employés sont laissés sur le carreau.

Tandis que notre gouvernement promeut cet engouement pour les animaux unicornes avec un joli temps de retard, le e-commerce des petites et moyennes entreprises lui, n’intéresse personne (mon article dans LSA à ce sujet) sans doute parce qu’il est porté par des entrepreneurs risquant leur propre argent (et non des investisseurs risquant celui des autres), qu’il est profitable et qu’il est principalement provincial.

Vraiment pas sexy, vous en conviendrez.

    %d bloggers like this: