Amazon Prime Now c’est aujourd’hui

Amazon
lance, ce jeudi 16 juin 2016, « Amazon Prime Now », son service de livraison
express en France.

Plus exactement – et dans un premier temps semble-t-il –  à Paris et sa petite couronne. 
Déjà lancé aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne, Amazon
Prime Now va donc s’adresser aux Parisiens. 
Réservé aux
abonnés du programme Premium, ce service permet de recevoir une commande
en une heure seulement, facturé au tarif de 5,90 euros. 
A l’exception des 13e, 14e et 15e
arrondissements et de certaines villes de petite couronne qui doivent se contenter d’une livraison en
deux heures. Par contre, pour eux, aucune sur-tarification n’est
prévue, et la livraison sera donc gratuite. 
Les clients Amazon peuvent être livrés en produits culturels (cd, blu-ray, livres), high-tech, produits d’entretien ou encore article d’hygiène et beauté. Et aussi, se fournir en produits
alimentaires (environ 4 000 références) :
pâtes, packs d’eau, condiments, du riz, du pain frais de chez Kayser, des fruits et légumes en provenance de Rungis, de la viande, des produits frais et des surgelés.
Amazon propose des marques comme Smarties, Badoit, Volvic, Sodebo, Charal, McCain, Mikado, Barilla ou encore Häagen Dazs. 
Le service Amazon Prime Now n’est disponible que via mobile, avec une application dédiée fonctionnant sous iOS, Android et bien sûr… Fire.
Si Amazon Prime Now permet d’être livré en une (ou deux) heure notamment
en produits alimentaires, ce service n’est pas à confondre à Amazon
Fresh. 
Disponible dans quelques villes aux Etats-Unis et récemment lancé sur Londres, Amazon Fresh ne propose que des produits alimentaires, à
la différence de Amazon Prime Now qui propose aussi du non-alimentaire. 
Par
exemple, Amazon Fresh propose au Royaume-Uni une offre de 130 000
références en produits d’épicerie,
frais et surgelés. Tout comme Amazon Prime Now, il est réservé aux abonnés
du programme Amazon Premium.
Mais pour l’heure, sur le marché français, Amazon
préfère se concentrer sur le développement de Prime Now avant
d’envisager un lancement d’Amazon Fresh.
En termes de stratégie e-Commerce, Amazon continue à se positionner sur le marché du commerce de proximité, tous comme ses compères des GAFA. Car c’est bien là que réside le gros du marché, tant en volume qu’en marge.
Les groupes de distribution français, tels Carrefour, Leclerc ou Casino n’ont pris réellement conscience du fait que le e-Commerce allait leur prendre des parts de marché significatives, notamment dans l’alimentaire et le frais, que récemment. Car il ne s’agit plus d’accoler de façon artificielle un drive ou un site de e-Commerce à un système de distribution physique existant, il s’agit bien d’enclencher une réelle stratégie cross puis omnicanal – avec toutes ses implications.
Car comme le dit Jean-Paul AGON, le PDG de L’Oréal, que je citais dans un post récent : « Pour moi l’e-Commerce n’est pas la cerise sur le gâteau mais le nouveau gâteau« .
Il serait bien temps que les distributeurs, et pas seulement dans l’alimentaire, en prennent réellement conscience. Nous sommes en 2016 et la transformation digitale s’accélère avec les Objets Connectés – qui vont bouleverser encore plus fortement le métier de distributeur que n’a pu le faire en son temps le e-Commerce.- et la Blockchain.

Bienvenur dans un monde VUCA

J’aborderai ce sujet le 23 juin lors de l’une de mes conférences au DEVCOM Paris

Quelle rentabilité pour la distribution Cross-canal ? Site e-commerce, applications, Google, Facebook… : « Le digital additionne les coûts de façon certaine mais fait décliner
votre rentabilité globale. Découvrez le Plan d’Action opérationnel de 3
distributeurs cross-canal ayant relevé avec succès ce défi de la
rentabilité. »

    %d blogueurs aiment cette page :