Chaussures et avantages concurrentiels

Sarenza et Spartoo ont fait le pari du « me-too-product » en copiant Zappos.com.

« On est brillants, on pique une idée aux States, on revient en France et hop, fortune est faite. »

Mais voila qu’ils ont juste oublié la réponse à une petite question: qu’elle est la pérennité de l’opération ?
(en fait ils n’ont pas dû l’oublier mais ils sont partis du principe que Zappos devrait se créer une clientèle en France et en Europe et qu’il lui serait plus économique/moins risqué de les racheter).

A part que c’est Amazon qui a débarqué.

Et Amazon a déjà un fichier client…

Amazon a donc lancé en France en 2010 son site marchand de chaussures Javari, qu’il testait depuis 2009 au Royaume-Uni et au Japon et les résultats vont se faire violemment sentir pour cette rentrée 2011.
Rappelez vous cet article du Journal du Net d’il y a une peu moins d’1 an :
Amazon a lancé officiellement en France le mercredi 6 octobre 2010 sa boutique en ligne spécialisée dans les chaussures et les accessoires : Javari. Le numéro un de l’e-commerce avait ouvert un an auparavant un site marchand au Royaume-Uni, Javari.co.uk, adaptation européenne du site japonais Javari.jp, lancé en mars 2009. Ce Javari nippon est lui-même une adaptation très proche de l’américain Endless.com, expérimentation débutée par Amazon en 2006.

Amazon vend par ailleurs déjà des chaussures sur ses plates-formes américaine et britannique et dispose d’une rubrique en version beta sur son site français. Bien sûr, il recueille également des données sur ce marché à travers Zappos.com, numéro un de la chaussure en ligne aux Etats-Unis, qu’il a racheté en juillet 2009 pour 1,2 milliards de dollars.

De par la force de frappe de sa maison-mère, l’arrivée de Javari au Royaume-Uni en octobre 2009 avait significativement perturbé les lancements des français Spartoo et Sarenza outre-Manche. Considéré par Amazon comme un test, le Javari britannique aurait donc fait ses preuves, puisqu’il fait aujourd’hui l’objet d’une seconde déclinaison sur le continent. Une déclinaison qui a d’ailleurs toutes les chances d’inquiéter les deux frères ennemis de la vente de chaussures en ligne en France.

Les trois sites de Javari à l’international et Endless.com sont extrêmement similaires, d’un point de vue aussi bien graphique que structurel, possédant notamment une interface de recherche très efficace dotée de nombreux filtres. Autre particularité, la volonté de limiter le nombre de clics requis du visiteur. La version française de Javari, du nom d’un affluent du fleuve Amazone, offrira comme ses grands frères la livraison et le retour gratuits des achats.

Voila une belle histoire qui va mal se terminer… pour Sarenza et/ou Spartoo.
    %d blogueurs aiment cette page :