Facebook et Google: les meilleurs ennemis

Ce n’est un secret pour personne que Facebook et Google ne sont pas les meilleurs amis.

Prenez l’exemple de Burston-Marsteller, une société de relations publiques travaillant pour Facebook et qui a incité au mois de Mai dernier des journalistes et bloggeurs à dénoncer le fait que Google Circle, un service de Google qui permet à ses utilisateurs de partager des résultats de recherche avec des amis, viole les règles les plus élémentaires du respect des données privées (pour plus d’informations).

Ce type d’action est assez amusant venant de la part de Facebook.

Car il est vrai que Google est loin d’être « blanc bleu » quant au respect des données des internautes. L’utilisation des contacts Gmails sans la permission des utilisateurs lors du lancement de Buzz et le fait que son système de service d’exploration géographique Street View ait été « surpris » en train de sniffer (de façon accidentelle selon Google) les données provenant de réseaux wifi non protégés en sont 2 preuves parmi d’autres.

Mais Facebook n’est pas, pour autant, un ange.

Rappelons-nous de son service Facebook Beacon et l’utilisation de configurations d’inscription par défaut fort… laxistes.

En fait Facebook est bien pire que Google pour une raison toute simple: il FAUT qu’il valorise ces centaines de millions de personnes qui utilisent ses services gratuitement. Et pour cela il FAUT qu’il vende du temps de cerveau disponible…

Car la denrée rare ce n’est plus l’information.

C’est l’ATTENTION.

Nous sommes (depuis un certain temps) dans une économie de l’attention (selon les dires de l’économiste Herbert Simon).

Et que faut-il en premier lieu pour avoir des chances pour vendre sur Internet ?

Il faut tout d’abord retenir l’Attention.

Comme nous le rappelle le bon vieil acronyme AIDA :

Attention (susciter de l’)
Intérêt (générer de l’)
Désir (créer du)
Action (inciter à l’)

Alors Facebook doit nous permettre de capter cette attention d’une façon ou d’une autre… tout en respectant les données privées de ses membres.

Pas facile quand on est un réseau social… et qu’on a besoin de résultats.

Beaucoup plus facile quand on a déjà des résultats financiers comme Google.

Mais le pire dans toute cette histoire, ne serait-ce pas Apple ?

Suite lors d’un prochain épisode…

    %d blogueurs aiment cette page :