DEVCOM RHONE-ALPES (2)

Pour faire suite à mon post d’hier, voici un compte-rendu – synthétique – de la deuxième conférence que j’ai animé lors du DEVCOM Lyon Rhône-Alpes, dans le cadre du cycle « Planète e-Commerce » : Webanalytics, analyse des comportements, lutte contre la fraude… quelles webtecs pour doper vos ventes ? 
Salle plus que comble.
Mais où est le deuxième intervenant, Olivier Marx de ALTICS (Tests utilisabilité) ?
Pas d’Olivier Marx à l’horizon.
L’heure de début ayant sonnée, je me lance donc en « live », avec mon PC qui est devenu définitivement allergique aux video-projecteurs de la CCI de Lyon !
Voici une synthèse des points clefs que j’ai abordé :
Webanalytics : Brique essentielle au coeur de toute activité de e-Commerce, les statistiques permettent d’aborder le Comment ? mais non pas le Pourquoi ? Des variables explicatives peuvent bien sûr être avancées mais ce ne sont que des hypothèses, qu’il est important de toujours considérer comme telles. Les outils les plus courants sont Google Analytics et Xiti. Pour une optimisation de Google Analytics, je conseille le blog de Converteo.
Analyse des comportements : Complément nécessaire au Webanalytics, l’analyse qualitative des comportements, notamment via des tests d’utilisabilité, permet d’affiner la compréhension du Pourquoi ? Je me réfère au « pape » de l’utilisabilité, Jakob Nielsen, et conseille, pour les anglophones, son site. Après une présentation de la méthodologie et des principaux acteurs (Yuseo et Axance), je souligne les limites du discours d’expert en matière d’ergonomie. Car même si ce discours présente un intérêt en termes d’énonciation des « meilleures pratiques », il est malheureusement assez souvent de médiocre qualité. Surtout quand il provient d’agences web ou d’agences de communication non spécialisées en e-Commerce. Je conseille l’excellent ouvrage d’ergonomie de Steve Krug, « Je ne veux pas chercher ».
Lutte contre la fraude : je remets en perspective la responsabilité du commerçant en cas de fraude. Puis présente la partie « assurance anti-fraude » de FIA-NET. Enfin, je souligne la nécessité de NE PAS prendre le système de sécurisation des paiements 3D Secure proposé par les établissements bancaires, tant que les principaux site de e-Commerce ne l’auront pas fait. En effet, au Royaume-Uni, l’application de 3D Secure a provoqué une baisse très importante du CA des sites de e-Commerce car les banques, pour se couvrir, ont préférer refuser massivement les autorisations de paiement. Il vaut donc mieux laisser les principaux joueurs essuyer les plâtres, faire pression sur les banques et « former » les utilisateurs.
La conférence se termine, je m’excuse pour les soucis techniques ainsi que pour l’absence du deuxième conférencier… qui s’avère être assis juste à côté de moi !
Arrivé en retard, il ne s’est pas manifesté.
Pas cool.
    %d blogueurs aiment cette page :