Les évaluations/avis en ligne : deuxième facteur d’influence sur l’acte d’achat

Pour enfoncer le clou suite à mon précédent post :

Les avis, commentaires et autres évaluations publiés sur Internet par des utilisateurs ont une importance disproportionnée sur le processus d’achat.

Selon un étude publiée par Rubicon Consulting et menée en septembre 2008 aux USA, les avis sur Internet viennent en effet en deuxième position quand il s’agit d’influer sur l’acte d’achat. Juste derrière… le bouche à oreille !


Cette étude montre que l’ensemble de l’information en ligne est importante dans le processus d’achat mais que l’information la plus influente est celle générée par les internautes.

Rubicon confirme que ce contenu est, de facto, généré par très peu d’utilisateurs:
9% des internautes produisent 80% de l’ensemble du contenu généré par les utilisateurs (UGC).


Tout dépend, bien évidemment du type de contenu généré.

Les éléments clefs mis en avant pas l’étude:

– De petits groupes d’enthousiastes dominent les conversation/échanges en ligne mais cela ne signifie pas que les communautés en ligne ne concernent que peu de personnes. La plupart des internautes consultent les contenus générés mais peu y contribuent.

– La plupart des internautes sont des spectateurs et les marketers devraient considérer une discussion en ligne comme une pièce de théâtre au cours de laquelle le/les leaders de la communauté interagissent avec un petit groupe de contributeurs, sous le regard d’un grand nombre de personnes.

Ma remarque: du coup les manipulations se multiplient car il devient tentant de rémunérer ces leaders d’opinion. Cela s’appelle du buzz marketing… et certains se font prendre les doigts dans la confiture !

Autres éléments clefs :

* le Web est la 2ème source d’information quant à l’aide au consommateur dans l’utilisation des produits, juste après les manuels d’utilisation. Le web est plus fréquemment utilisé que les numéros de téléphone des fabricants ou des distributeurs.
* Les catégories de sites web utilisées le plus fréquemment chaque jour sont les moteurs de recherche, les sites communautaires de type MySpace ou Facbook, les sites d’information généralistes de typeCNN ou NYT et la banque en ligne.
* Les moins de 22 ans produisent plus de la moitié de l’UGC
* Selon les groupes d’âge et les centres d’intérêt, les niveaux d’influence de l’UGC ne sont pas les mêmes:

* Malgré leur « aura » les sites communautaires tels que SecondLife ou Twitter n’atteignent qu’un très faible pourcentage d’utilisateurs d’Internet.

    %d blogueurs aiment cette page :