Les Objets Connectés : la 4ème Révolution Industrielle

Les Objets Connectés sont notre avenir, que nous le voulions ou pas.
Avenir de nos entreprises, de notre société.
Les GAFA et autres TUNA l’ont décidé pour nous, que cela nous plaise ou non.
Basé sur des Stratégies de Plateforme terriblement efficientes, leur usage des Objets Connectés commence à laminer les modèles économiques existants, avant de les faire imploser.
Bien sûr, dans un monde VUCA l’avenir est incertain et tout n’est pas joué d’avance. 
Mais les enjeux financiers sont tels qu’il est préférable d’anticiper ce nouveau monde, dès aujourd’hui – s’il n’est pas déjà trop tard.
J’ai eu le plaisir de participer au numéro spécial du magazine DALLOZ IP//IT consacré aux Objets Connectés. Car ces Objets, qui ont maintenant une âme, questionnent lourdement le domaine juridique. Qui est le gardien de l’Objet Connecté : son propriétaire ou le fabricant ? Quelle responsabilité en cas de défaillance ? ce sont là quelques thèmes abordés par plusieurs juristes, dont Gérard HAAS.

Ce numéro spécial a pour titre « Les Objets Connectés : 4ème révolution industrielle » car il s’agit bien d’une déferlante qui commence à enfler, prête à balayer l’ancien monde de l’informatique et de lInternet.

Pour reprendre l’introduction de ce dossier sur les Objets connectés « En 2020, caque individu aura en moyenne trois objets connectés sur lui. D’ici là, deux milliards d’objets de ce type seront vendus en France. Le droit ne peut ignorer ce nouveau média qui s’inscrit désormais dans une véritable démarche de communication et de consommation. »

Je vous propose ci-après le début de mon article, intitulé « Les objets connectés décryptés pour les juristes ».

 Pour vous le procurer : via Internet ou alors en vous baladant du côté du Panthéon :

Enfin sur ce thème des Objets Connectés, j’interviens au Club Marketing 2.0 de l’ADETEM, le 4 octobre au cours de la conférence Les objets connectés : de la connaissance à l’expérience consommateurs.


    %d blogueurs aiment cette page :